Analyse des eaux en contexte sites et sols pollués. Synthèse des réunions du Groupe de Travail des Laboratoires

30/09/2018
Organisme producteur : BRGM, 
Thématique : Comportements/Polluants, Diagnostic/Surveillance, 
Type de document : 
Rapport

Couverture du rapportNOUVEAU

Ces travaux s’inscrivent dans le cadre de la subvention entre le MTES et le BRGM relative à des investigations en matière de protection de l’environnement dans le domaine des sites et sols pollués, action appelée « Animation d’un GT Laboratoire SSP ».

Ce document rassemble les discussions techniques et les conclusions du « Groupe de Travail sur les Laboratoires » relatives à l’analyse des eaux, qui se sont déroulées de 2014 à 2017, sous le pilotage du BRGM.

Un tableau récapitule les limites de quantification à atteindre pour chaque polluant à rechercher dans les eaux (souterraines, superficielles ou résiduaires) dans le domaine des sites et sols pollués, en contexte sanitaire ou environnemental.

Pour le contexte environnemental, les valeurs des limites de quantification pour les eaux douces (eaux de surface et eaux souterraines) et pour les eaux résiduaires sont reprises des textes réglementaires du ministère de l’environnement, lorsque les composés sont présents.
La version en vigueur de l’avis du Ministère de la Transition écologique et solidaire (avis relatif aux limites de quantification des couples «paramètre-matrice» de l’agrément des laboratoires effectuant des analyses dans le domaine de l’eau et des milieux aquatiques) du JO 14 avril 2018 est prise en compte. Pour les composés absents de ces textes réglementaires, les limites de quantification sont établies en se basant sur les performances des laboratoires et les normes d’analyse.

Pour le contexte sanitaire, les valeurs des limites de quantification sont reprises des textes réglementaires du ministère de la santé lorsque les composés sont présents. La version en vigueur de l’arrêté du Ministère des solidarités et de la santé (arrêté du 19 octobre relatif aux méthodes d’analyse utilisées dans le cadre du contrôle sanitaire des eaux) du JO du 26 octobre 2017 est prise en compte. Pour les autres composés, les limites de quantification sont établies à partir d’un calcul de risque sanitaire pour la voie d’exposition par ingestion d’eau.

Ces recommandations ont vocation à servir de base aux futures exigences analytiques pour les laboratoires effectuant des prestations dans le domaine des sites et sols pollués. Elles devront suivre les mises à jour des textes officiels cités précédemment.

Dernière mise à jour le 23.05.2019